Interview with Mr. Bruno Nabagne Kone, Minister of Post and ITC and Government Spokesman, Ivory Coast, February 2016 (Interview in French)

Business Focus : Que doivent savoir les lecteurs Britanniques sur la Côte d’Ivoire ?


Ministre Bruno Nabagné Koné : La Côte d’Ivoire est un pays merveilleux, chaleureux et accueillant. Un pays de 24 millions de personnes dynamiques, qui a des resources énormes et notamment agricoles. Un pays avec une richesse basée sur l’agriculture principalement. C’est le premier producteur mondial du cacao, et nous sommes des producteurs importants de café, producteurs importants également de cachou naturel, de palme ouille (le deuxième en Afrique), deuxième producteur mondial de noix de cashew, l’un des producteurs important de coton en Afrique, et je pourrais continuer la liste ainsi de suite. Donc un pays très agricole avec des positions qui sont relativement importantes en Afrique et dans le monde. La Côte d’Ivoire est également un pays minier. Producteurs présent dans le manganèse, dans l’or…nous sommes aujourd’hui dans les cinq premiers producteurs d’or en Afrique. Nous sommes producteurs potentiels de fer, depétrole et de gaz avec des perspectives qui peuvent être conséquentes. Nous sommes un pays qui a donc des ambitions importantes. Un pays avec un hub francophone mais aussi de tout l’Afrique continental puisque beaucoup de gens passent par la Côte d’Ivoire pour se rendre au Burkina, Mali, Guinée etc. Nous avons l’ambition de devenir un pays de services sur tous les niveaux. L’ambition de ce gouvernement est d’être un pays émergent en 2020. Il y a beaucoup des choses à transformer y compris sur le plan culturel et d’autres. ; donc beaucoup des transformations sont en train de prendre place. La Côte d’Ivoire est prête pour tout ça.


Business Focus : Au sujet du secteur digital, vous avez récemmentconfirmé que la deuxième phase d’un projet de 210 millions de dollars pour déployer un 6700 km de câble à fibre optique à travers la Côte d’Ivoire est actuellement en cours. Quels sont vos objectifs pour ce projet ? Quels avantages espérez-vous y gagner ?


Ministre Bruno Nabagné Koné : On souhaite développer l’accès internet et l’accès des télécommunications, informations et communications. C’est ça notre première motivation et la technologie suit après. Nous voulons que la majorité de la population de la Côte d’Ivoire ait accès à internet. Pour cela, nous avons regardé toutes les solutions électroniques possibles, et celles qui permettait d’aller le plus loin possible, de toucher le maximum de population avec le confort qu’apporte la fibre optique. L’un des points de notre stratégie est le déploiement et la démocratisation d’internet auprès de la population ivoirienne. S’assurer que tout le monde ait accès à tous les ressources qui existe ici. On a la conviction que c’est l’avenir, c’est ce qui va importer et accélérer le développement du pays. Les gens peuvent se former à travers le web, acheter et vendre, faciliter le travail de l’Etat et faciliter la relation entre l’administration et la population. Il y a tellement des choses possibles.


Ça c’est une partie, un point de notre stratégie. Un autre c’est l’environnement réglementaire en développant la fibre optique pour faire un environnement suffisamment motivant soit protecteur pour les utilisateurs, dynamique pour les opérateurs. Nous travaillons sur l’accessibilité aussi aux équipementsterminaux. Si vous mettez la fibre optique pour tous mais les gens n’ont pas accès au terminal, le problème persistera. L’accès individuel et surtout l’accès collectif (exemple des cyber-centres dans les villages). Nous travaillons également sur le contenu. Il faut y avoir des contenus qui intéressent les gens, qui leur facilitent la vie quotidienne. Quelqu’un qui est planteur de cacao, par exemple, il voudrait savoir les nouvelles techniques, comment améliorer sa production, comment la mettre àla disposition des circuits de commercialisations…donc, des choses concrètes qui intéressent la population. Le cinquième acte de notre stratégie, c’est les ressources humaines. Il faut des gens qualifiés pour accompagner tout le développement du secteur. Dans les installations des réseaux, dans la sécurité informatique, dans la production d’applications, logistiques, etc. L’objectif, c’est de vendre de la matière grise à l’extérieur, et pour cela, on a besoin d’avoir des gens formés.
Donc, sur les cinq points sur lesquels nous travaillons,le deuxième c’est la fibre optique (infrastructure et connectivité).


Business Focus : Quels sont les autres grands projets d’infrastructure déjà prévus, soit les projets dans lesquels vous contemplez investir ?


Ministre Bruno Nabagné Koné : Dans le domaine infrastructure, l’idée c’est que tout le monde aura l’accès aux nouvelles technologies. L’accès doit être par tous. La fibre optique c’est le support technologique le plus confortable mais aussi le plus cher. Evidemment, on n’ira pas avec la fibre optique dans les villages. Il y a d’autres solutions pour compléter la fibre optique comme le 3G (telephonie mobile). Nous avons aujourd’hui 80% de pénétration téléphonie. Aussi le développement de réseau pour les villages les plus reculés. On a lancé le premier projet avec 1000 villages qui sont connectés. Nous avons également un projet de couverture satellitaire dans les zones qui sont les plus reculés, les tout petits villages. Mais pour nous, il faut accompagner le développement de l’infrastructure avec tous les outres, sinon il y a quelque chose à la fin qui manquera. Nous promouvons l’infrastructure mais nous travaillons au même temps sur tout le reste : l’information, le contenu, l’environnement réglementaire, juridique, etc.


Business Focus : Quelles sont les possibilités d’investissement dans le secteur ?


Ministre Bruno Nabagné Koné : Les possibilités d’investissement sont essentiellement dans l’internet.
Nous avons des entreprises internationales qui sont intéressées par ce secteur, essentiellement dans le secteur mobile. Egalement tout investissement en relation avec le contenu, et nous pensons qu’il y a beaucoup des choses à faire dans tous les secteurs de l’activité.
Des contenus dans l’éducation, la santé, la agriculture, l’administration, la justice…dans tout les domaines d’activité il y a des besoins d’application de contenu.


Business Focus : Il y a déjà des entreprises intéressées comme vous avez dit, mais quelle est la stratégie de promotion de la Côte d’Ivoire aux investisseurs privés comme une destination potentielle pour les investissements ?


Ministre Bruno Nabagné Koné : La stratégie c’est communiquer avec les investisseurs comme nous l’avons déjàfait, directement à travers les medias, nous les avons reçus ici lors d’ungrand forum en 2014 qui a réuni plus de 4000 investisseurs du monde entier. Cela nous a permis de mettre sur la table des choses concrètes. Il faut savoir aussi que depuis deux ans, nous sommes revenus à une véritable planification de développement. Cela permet aux investisseurs de savoir où est-ce qu’on nous allons, comment est-ce que nous allons procéder, etc. Tous les investissements d’ici à cinq ans sont planifiés. En fait, toute cette planification est disponible dans une clé USB dans la primature, c’est public, en anglais et en français, pour savoir qu’en Côte d’Ivoire, cela est valorisé et planifié dans tous les secteurs : dans l’électricité, mines, TIC, éducation, santé… c’est le PND (Plan National de Développement). Ça nous permet d’être concrets avec les opérateurs privés. Une autre chapitre sur lequel nous avons travaillé c’est l’amélioration des affaires en Côte d’Ivoire. Aujourd’hui, cet environnement s’est très nettement amélioré. La Côte d’Ivoire a été classifié comme le dixième pays le plus réformateur dans le monde en 2013 dans les domaines de la gouvernance et dans l’amélioration des climats des affaires.

Nous avons des nouveaux codes sectoriels, nous avons mis en place les tribunaux de commerce, ce qui n’existait pas auparavant. Il y a deux niveaux de juridiction maintenant. Nous avons fait aussi un guichet unique pour tous ce qui englobe les créations des entreprises. Nous avons passé plusieurs semaines et mois pour créer un entreprise en seulement 24 heures. Tout est concentré au même endroit et les procédures ont été fortement réduites. Nous essayions d’avoir une gouvernance moderne, ouverte etlibérale…tous les aspects susceptibles d’attirer les investisseurs et le capital privé.


Business Focus : Comment décrieriez-vous la relation bilatérale entre le Royaume-Uni et la Côte d’Ivoire ?


Ministre Bruno Nabagné Koné : Sur le plan diplomatique, la relation a toujours été bonne, mais légèrement timide. Nos relations sont peut-être restées tributaires des relations historiques. Aujourd’hui, il y a du potentiel, et il faut le voir positivement. Sur le planéconomique, la relation était un peu faible, avec des activités dans le domaine de l’électricité,des banques et des mines. C’est relativement peu, si nous considérons l’importance mondiale de l’économie britannique. Alors le potentiel demeure important dans tous les secteurs d’activité économique.


Business Focus : Dans quel(s) domaine(s) pensez-vous que le Royaume-Uni et la Côte d’Ivoire pourraient coopérer plus étroitement ?


Ministre Bruno Nabagné Koné : Nous voyons la Grande-Bretagne comme une puissance de taille mondiale, un pays qui a un potentiel très fort dans les finances, dans la construction automobile et l’ingénierie ; ce sont des choses qui concernent aussi la Côte d’Ivoire. Nous sommes certainement un pays agricole, qui a l’ambition de se développer dans l’agriculture, mais également dans les télécommunications, dans les mines, qui a besoin de continuer d’ améliorer sa production d’électricité, qui a besoin d’améliorer son secteur d’éducation, de la santé et la Gouvernance de l’Etat. Donc les secteurs possibles de collaboration sont très importants. Et puis, Il y a une autre chose qui est la langue. L’anglais est la langue globale du monde des affaires, et cela ouvre tellement de portes. Il n’y a que des avantages dans cette coopération.


Business Focus : Pour finaliser, quel est votre message final aux lecteurs du centre financier du monde, à Londres ?


Ministre Bruno Nabagné Koné : Le message, c’est d’éviter de penser qu’il y a des préjugés ou des zones qui ne sont réservés qu’à certains. Aujourd’hui, nous sommes dans un monde globalisé où tout le monde peut avoir accès, où la langue n’est plus un obstacle. Les relations historiques ne sont plus déterminantes en matière de coopération économique. Ce qui est important aujourd’hui, c’est la compétitivité notamment. Nous pensons qu’il y a des domaines où la Grande- Bretagne peut être plus compétitive que d’autres pays aujourd’hui qui sont très présents en Côte d’Ivoire. Donc les investisseurs britanniques doivent venir, connaître ce pays et commencer à faire ces affaires. Ils vont rencontrer une économie qui est extrêmement dynamique avec une croissance des plus élevée au monde. Il faut savoir que nous sommes aujourd’hui pratiquement à 10% chaque année, depuis 2012. Cela intéresse forcément les hommes d’affaires comme les britanniques.